« Hyperlaxe », une reprise tout en douceur.

Élu « Meilleur spectacle de Cirque » par les Prix de la Critique en 2017, « Hyperlaxe » orchestre la délicieuse rencontre entre le comédien Nicolas Arnould et l’artiste trisomique Axel Stainier. L’« hyperlaxité » qui caractérise le corps d’Axel reflète bien la grâce et la fluidité de ce spectacle hors normes. « Axel est hallucinant », s’enthousiasme Nicolas, en pleine répétition pour la reprise.

Hyperlaxe

Alors que les Arts de la Piste sont souvent associés aux muscles bombés et à la virtuosité acrobatique, c’est un spectacle d’un tout autre genre que les Prix de la Critique ont élu Meilleur spectacle de Cirque en 2017 aux Prix de la Critique. Dans Hyperlaxe, les plus hautes cimes sont celles qu’on atteint en montant sur une chaise, et les jongleries les plus audacieuses consistent à faire se toucher deux morceaux de bois. Et pourtant. Le coup de foudre fut immédiat pour cette rencontre hors normes, d’une infinie délicatesse, entre Nicolas Arnoud et Axel Stainier, mis en scène par Sophie Leso. « Un bouquet de fleurs, une chanson de Brel, de sublimes moments suspendus suffisent à convier le rire ou l’émotion. « Hyperlaxe » est une performance extraordinaire non pas par ses exploits physiques, mais par l’aventure humaine hors du commun qu’elle nous donne à vivre », écrivait Catherine Makereel dans « Le Soir », résumant bien l’avis de la profession et du jury.

Ouf, le Cirque n’a pas qu’une définition de la prouesse. L’audace tient ici dans le tout petit, le délicat, le détail qui vous vrille le cœur sans prévenir. D’où vient cette magie ? De la sincérité du moment présent, nourri par la volonté d’axer [et d’Axel] le spectacle sur la rencontre.

Tout a commencé en 2008 avec Complicités, Aujourd’hui je suis content d’être ensemble!, bouleversant spectacle, mis en scène par Catherine Magis, directrice artistique de l’Espace Catastrophe, qui réunissait onze artistes porteurs d’un handicap mental et sept artistes « complices ». C’est lors de cette création que Sophie Leso et Nicolas Arnould ont rencontré Axel Stainier. « Bien après ce projet, Axel et Sophie se sont croisés tout à fait par hasard dans le train », se souvient Nicolas Arnould. « Axel a dit sans détours : ‘J’ai envie de faire un spectacle avec toi !’, un grand aveu pour quelqu’un qui ressent beaucoup mais parle peu. On a décidé de poursuivre une rencontre à trois, par le chemin de la création. Nous n’avons pas voulu choisir une thématique précise, mais vivre le moment présent, par le travail, par la recherche de matières physiques. Au final, c’est cette rencontre que le spectacle raconte. »

En scène, Hyperlaxe fait feu de tout bois [et même de petits bouts de bois donc], sans décor ou presque, avec quelques accessoires rudimentaires. Tout surgit de la présence de deux êtres complémentaires, parfois clownesques, toujours sur le fil. On pourrait croire que cette incroyable fluidité est venue en un claquement de doigts, mais elle résulte d’un patient travail de tisserands. « On a mis du temps à trouver l’équilibre entre nos désirs! », rapporte Nicolas Arnould. « Axel avait envie de faire rire, un rôle qui lui va comme un gant, et moi je souhaitais qu’on aille vers d’autres chemins, d’autres couleurs. On est tous les deux taureaux, il est né le 3 mai (1969) et moi le 5 mai (1978). On s’est un peu cogné les têtes avec nos cornes et nos envies ! Et peu à peu, il a lâché – en prenant confiance dans d’autres échanges que le rire – et j’ai lâché – en le laissant respirer un peu plus, en lui faisant vraiment confiance. J’ai beaucoup appris avec ce spectacle. Sophie nous a emmenés dans des régions insoupçonnées de nous-mêmes. J’ai appris à lâcher prise. »

À l’heure de la reprise, après quelques ennuis de santé pour Axel, aujourd’hui résolus, la complicité se retrouve-t-elle en un instant ? « C’est hyper simple! », sourit Nicolas. « On a joué le spectacle 25 fois et tous les repères sont bien là. Axel est très fort dans son rôle d’interprète, il a une mémoire qui nous est très profitable. Il est hallucinant, on a fêté ses 50 ans il y a peu et il est en top forme, il me porte, il est là, alerte, plein d’envies. Tout le monde ne peut pas en dire autant à son âge. En quatre ans de création, je trouve que j’ai plus « blanchi » que lui ! Il est émerveillant. »

L’un des ingrédients du spectacle, c’est aussi une belle matière sonore, petits bruits ou enregistrements de dialogues collectés au fil de la création. Pour vous mettre l’eau à la bouche (ou plutôt la puce à l’oreille), on vous livre ici un petit extrait « émerveilleux » du spectacle :

– Nicolas : « Est-ce que tu as fait du sport quand tu étais petit ? »

– Axel : « Non »

 

– Nicolas: « Non Football ? »

– Axel: « Football, judo, karaté,… Voilà »

 

– « T’as fait du karaté ?

– « Oui

 

– « Avec le kimono ?

– « C’est ça !

 

– « C’est vrai ?

– « Oui !

 

– « Et t’avais des ceintures ?

– « Oui

 

– « Quelle couleur ?

– « Rouge !

 

– « Ceinture rouge de karaté ?!

– « Ouais

 

– « Et t’as fait judo aussi ?

– « Voilà

 

– « Et t’étais habillé comment ?

– « Blanc

 

– « Ok. Avec la ceinture pareil ?

– « Oui

 

– « Quelle couleur ?

– « Mauve ».

 

« Hyperlaxe », c’est un irrésistible trio – le duo se complétant avec la finesse de Sophie Leso, en coulisses. Du cirque comme on n’en avait jamais vu !

——

★ Hyperlaxe en tournée :

  • Dimanche 04.10.2020 au Centre culturel Les Chiroux [Liège]
  • Vendredi 23.10.2020 au Centre Culturel de Jodoigne
  • Jeudi 03.12.2020 au Foyer Culturel Saint Ghislain

 

★ Diffusion & gestion des tournées : Espace Catastrophe

diffusion@catastrophe.be | + 32 (0)2 538 12 02

https://diffusion.catastrophe.be/spectacles/hyperlaxe/